Bio

Samten Norbù est photographe et vidéaste à Strasbourg 
Né le 2 mars 1979. 



Que ce soit à travers la photographie ou bien la vidéo, le travail de Samten Norbù est toujours marqué par cette volonté forte de transporter son public au cœur des univers de la narration.

En photographie ce sont des compositions travaillées parfois à la manière des Peintures Flamandes reprenant leurs lumières et leurs thèmes parfois sombres, rappelant les ouvres de Joel-Peter Witkin ou encore Jan Saudek, deux photographes en qui il trouve une grande inspiration.
Comme il le dit lui-même, l’envie de « se rapprocher d’une certaine Vérité, sans pour autant chercher une représentation fidèle du réel » permet de se jouer des codes.

Ses mises en scènes prennent forme dans les lieux qu’il tâche d’habiter le temps de ses séances. Dans un esprit souvent baroque, on peut discerner de nombreuses références au Memento mori et aux Vanités, ainsi que de nombreuses allusions à l'iconographie religieuse, même si elle est transcendée et portée dans des démesures profanes. 

Sans concession, il livre des images parfois brutales et dérangeantes, souvent mêlées d’érotisme. 



Dans son approche de la vidéo on découvre une autre facette très différente de sa narration avec un objectif souvent plus engagé, plus politique. 
L’outil sert la narration afin d’éveiller à la conscience de problématiques de notre société comme ses vidéos sur le sujet des migrants ou celle portant sur les discours de haine …
Mais il lui arrive tout de même de s’extraire du réel comme par exemple dans son travail de fiction réalisé avec « les films du grand tétras » pour le tournage du film « Tu t’occupera des chiens » où, multicarte, il a tour à tour été aux postes de cadreur, directeur de la photographie, étalonneur … des aspects très différents qui lui ont permis de pouvoir comprendre l’importance de toutes les étapes de la réalisation. 

C’est à travers la réalisation de clips musicaux que l’on retrouve un peu plus son regard fantasmagorique qui fait sa signature en photographie comme pour le clip « Keep on Breathing » réalisé pour le groupe Zoya.



Ses travaux photographiques lui ont valu d’être finaliste en 2016 et 2018 au Prix international de la Fondation Hasselblad et d’être dans la sélection du jury au prix Schuler en 2008.